Baby

Baby. Il avait couché avec Bébé. Celle que tout le monde appelait Babe comme sa mère l’avait fait la première.
La plus petite de ses filles, la plus fragile, la plus remuante des trois filles de la Légende.

Il revoit cette femme-enfant debout derrière la porte entrebâillée. Tout d’abord, comme il garde les yeux à terre, il ne voit que le bout de ses orteils, à demi-cachés par le bas de sa salopette bleu pâle. Son regard remonte le long de ses jambes jusqu’à sa ceinture qu’elle a faite avec les bretelles de son vêtement. Il entrevoit son nombril, dans la ligne brune entre le bleu et le blanc de son Tee-Shirt. Ses yeux n’osent pas s’attarder sur sa poitrine serrée dans le débardeur étroit. Ils se dépêchent d’arriver au visage, brun encore, couvert de tâches de peinture, jusqu’aux yeux enfin, bleus, encadrés sous ses sourcils noirs. Et ces quelques mots : « vous savez, mon père dit que mes tableaux sont la preuve de l’existence de Dieu ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :