Tom-Vic

Vic se réveille. Elle a mal dormi et sa langue au fond de sa bouche est pâteuse. Qui est dans son lit ? Elle selève, somnambule, jusqu’à l’évier, boit un verre d’eau, recrache tout. « Bordel, où suis-je ? » Puis, enfin, elle se souvient. Ils n’auraient pas dû. C’est la première pensée de Tom en ouvrant les yeux dans la chambre blanche. Il tourne la tête et se reconnaît dans la glace de l’armoire. Il s’assoit au bord du lit, s’essuie le visage de la main, se frotte les joues puis se passe les doigts dans les cheveux. Vic revient et lui demande : « Café ? ». Il la regarde et oublie ce qu’il vient de penser. Elle est belle, elle a l’âge de sa fille, celle qu’il n’a pas eu avec son ex. Il a couché avec la fille de son patron. Et il a encore envie d’elle.

– J’ai faim de toi.

– C’est ringard, ça, « j’ai faim de toi ».

– Et se balader à poil au petit matin devant son amant, c’est branché ?

– Ca te gêne ?

– Non. Au contraire, ça me plait.

Elle sourit et elle a l’âge légal pour faire l’amour avec lui et toute une vie inconnue de lui derrière elle.

– Non seulement tu viens de signer ton retour à la circulation jusqu’à la fin de ta carrière, mais en plus je te signale que t’es un ringard, pervers et connaisseur mais ringard.

– Est-ce que…

Il n’a pas envie de savoir mais c’est plus fort que lui.

– Va-s-y.

– Combien…

– Beaucoup mais aucun n’a compté.

– Et moi ?

– Toi, rien. Aucun ne compte.

Il prend ça en pleine figure.

– Pardon, mais si tu as posé cette question, c’est que tu voulais la réponse.

Il encaisse. Comment en sont-ils arrivés là ? Une dispute ? Un hasard ? Une erreur ou la suite logique de leur relation ? Il s’en fiche. Elle lui saute dessus, le repousse, s’installe à califourchon sur lui.

– Eh bien, tu n’as pas répondu.

– Quoi ? Qu’est-ce que tu veux que je dise ? Tu me balances ça sans les précautions d’usage. Tu veux que je réagisse comment ?

– Je voulais savoir si tu voulais du café. Et puis les précautions on les prends avant, en général.

– Ne change pas de sujet.

– Pourquoi tu t’inquiètes maintenant ? Tu le savais, non ? Tu as lu mon dossier, alors fais pas l’offensé !

Elle grimace de mépris.

– Putain, je suis sûre que tu l’as lu juste après notre première rencontre.

Elle a raison. Il se dégage, se rassoit au bord du lit. Il dit en se regardant dans la glace :

– Noir, le café.

– Ok.

Elle descend du lit, enfile une chemise et sort. Lui, il va dans la salle de bain prendre une douche. Cela n’aurait jamais dû arriver. Il va pouvoir ressortir son uniforme et le faire laver.

Cette nuit-là fut la dernière. Elle n’eut jamais lieu nulle part. Ni dans les dossiers de Police, ni dans la mémoire de Tom. Elle disparut lorsque le soleil se leva. Il ne lui restait qu’à continuer à jouer au flic.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :